Est-ce que le véganisme peut conduire à des troubles alimentaires ? Une nutritionniste s’exprime sur le sujet.

veganismandanorexia-825x496

Cet article est une traduction libre d’un article publié sur le site MindBodyGreen. Vous pouvez retrouver la version originale sur le lien suivant :

http://www.mindbodygreen.com/0-22577/can-veganism-lead-to-eating-disorders-a-nutritionist-weighs-in.html

Peut-être avez-vous entendu parler de Jordan Younger, la blogueuse de Blonde Vegan qui a décidé de laisser tomber le régime végane en publiant récemment un livre détaillant pourquoi elle avait quitté ce type de régime.

Le populaire blogue de Younger mettait en lumière la poursuite d’un régime alimentaire pur et végane. Malheureusement, il semblerait que derrière les images colorées, les recettes alléchantes et les visages souriants se cachait une femme souffrant de troubles alimentaires.

L’obsession de Younger envers une alimentation saine se nomme orthorexie. Malgré qu’il ne soit pas officiellement désigné comme tel par l’American Psychological Association, il partage beaucoup de similitudes avec d’autres troubles alimentaires. Pour Younger, cela incluait des détox de jus extrêmes, une restriction des calories ingérées et l’évitement d’une incommensurable et longue liste d’aliments.

Pour une personne qui souffre d’orthorexie, un régime végane pourrait nourrir une obsession de vouloir « manger pur ».

Lorsque sa santé s’est mise à décliner – elle n’avait plus de règles, ses cheveux ont commencé à s’amincir et son poids a dégringolé jusqu’à 105lbs – Younger savait qu’un changement devait s’opérer. Elle a donc réintroduit la viande autre autres aliments d’origine animale à son régime alimentaire et s’est renommée « The Balanced Blonde » soit la « Blonde équilibrée ».

Younger affirme qu’elle est beaucoup plus heureuse aujourd’hui, mais que sa décision a emmené beaucoup de controverse. Plusieurs de ses followers ont critiqué son choix tandis que d’autres ont commencé à avouer des histoires semblables concernant les raisons qui les ont poussé à quitter le véganisme.

Ce qui nous laisse à penser : est-ce que la diète végane serait un choix malsain ?

En tant que nutritionniste et végane moi-même, je crois qu’il est important de parler des bonnes raisons de poursuivre un régime végane, de quelle façon il peut parfois se lier avec certains troubles alimentaires et qu’est-ce que chaque végane devrait faire pour rester en santé.

Lorsque le véganisme signifie troubles alimentaires

Premièrement, il est important de saisir les raisons exactes derrière le choix de ce régime.

Lorsqu’un client me dit qu’il suit un régime végétarien ou végane, je veux savoir le « pourquoi » – pas parce que je crois nécessairement qu’il a besoin de manger de la viande, des produits laitiers ou des œufs pour être en santé mais plutôt parce de lui permettre de restreindre la prise « d’aliments de peur » peut subséquemment permettre à un trouble alimentaire de s’incruster et de persister.

En d’autres mots, as-tu choisi le mode végane parce que tu as entendu que les véganes et les végétariens perdent souvent du poids ? Est-ce que tu te sens coupable de manger des aliments « mauvais pour la santé » ou « malsains » et tu veux te débarrasser de cette culpabilité en prônant ce type de régime ? Veux-tu suivre ce régime parce que tu veux t’éviter d’expliquer pourquoi tu évites certains aliments ?

Ce genre de raisons a tendance à perpétrer certains troubles alimentaires.

Par exemple, “je ne peux pas manger ceci parce que je suis végane” ou “je ne crois pas que je vais aller à cette fête, il n’y aura rien là-bas qui sera approprié pour mon régime » sont des affirmations typiques d’une personne ayant un trouble alimentaire qui utiliserait le véganisme comme une défaite pour appliquer certaines restrictions alimentaires. Il semble parfois plus facile pour une personne de dire qu’elle est végétarienne ou végane que d’admettre qu’elle restreint ses calories de peur de prendre du poids.

Pour quelqu’un aux prises avec l’orthorexie, un régime végane peut nourrir cette obsession de « manger pur », de régime parfaitement exempt de toxines. Cette obsession peut commencer par un régime végane sain et se terminer dans un flot majeur de restrictions d’un large éventail d’aliments étiquetés « impurs » ou « mauvais pour la santé », ce qui se termine souvent par une restriction de calories.

Comment suivre un régime végane sain et sécuritaire

N’empêche, il est plus que possible d’avoir un régime végane sain. Lorsque la poursuite du véganisme est vécu plus comme un mode qu’un simple régime alimentaire, la relation avec la nourriture est habituellement saine.

Par exemple, la poursuite d’un régime végane ou végétarien est appropriée lorsqu’il naît d’un désir d’avoir un impact moins négatif sur la planète ou avec le but d’améliorer sa santé.

Personnellement, j’ai choisi le véganisme pour de nombreuses raisons soit le développement durable, la prévention des maladies, la vitalité que ce régime me procure en plus d’être en faveur du bien-être animal.

N’empêche, je n’argumenterais jamais sur les qualités nutritionnelles de la viande, des produits laitiers ou des œufs. Il n’est pas rare pour moi d’entendre des ex-véganes ou végétariens me parler d’avoir ce sentiment d’être malades ou faibles suite à un régime sans viande et de retrouver la santé en réintroduisant la viande. Certaines personnes me disent s’être senties fatiguées, étourdies, que leurs cheveux s’amincissaient ou qu’ils se sentaient faibles après une certaine période à pratiquer ce type de régime.

Mais dans la majorité des cas, il se trouve qu’un régime végane qui réussit doit absolument inclure une grande variété d’aliments. Pas seulement des fruits et des légumes mais aussi des protéines végétales comme des légumineuses, du soya, des oléagineux (graines et noix) et de bons gras.

Il faut également consommer suffisamment de calories pour rester en santé. N’importe quel adulte qui consomme 800 calories avec n’importe quel type de régime ne pourra pas fonctionner adéquatement et se retrouvera inévitablement avec des problèmes de santé, tels que ce que Younger a pu expérimenter.

Le fin mot de l’histoire

Il y aura toujours des gens pour croire qu’un mode de vie, une pensée ou un régime alimentaire est incorrect – j’ai vu autant d’omnivores que de véganes être très « élitistes » dans leurs choix alimentaires.

Mais rappelez-vous que chaque personne sait ce qui est le mieux pour son propre corps. Vous savez quand vous ne vous sentez plus vous-même, peu importe ce que les autres vous recommandent de manger ou peu importe si un test sanguin affirme que vous êtes « normal ».

Pour ce qui est de Younger, elle a réalisé qu’elle ne fonctionnait plus de la même façon, elle a reconnu que de son régime était né un trouble alimentaire et elle a décidé d’essayer autre chose. Au lieu de la condamner pour son geste, nous devrions nous porter à sa défense car chacun doit être à l’écoute de son corps et de sa santé.

Crédit photo : iStock

Advertisements

Auteur : Sylvia Beaudry

Amoureuse de manger 100% végétal, transmetteuse d'idées et allumeuse de consciences.

One thought

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s