FAUT QU’ON SE PARLE : le glucose-fructose.

Il est partout. PARTOUT. En plus, il a plusieurs noms : sucre de glucose-fructose, sirop de maïs, il se glisse dans les jus en boîte, dans le yogourt, dans les compotes et collations pour les enfants, dans les bonbons, dans les boissons gazeuses, dans les biscuits et autres pâtisseries qu’on achète à l’épicerie. Il est même parfois dans des aliments que vous ne soupçonneriez même pas qu’il y en ait, par exemple, le pain en sac. C’est affreux !! On ne peut pas rien acheter sans se rendre compte qu’au final, on consomme cet ingrédient…

Quelques aliments dans lesquels on peut retrouver le glucose-fructose :

HFCStruths1

source : http://www.healthy-holistic-living.com/high-fructose-corn-syrup.html

MAIS C’EST QUOI AU FAIT, DU GLUCOSE FRUCTOSE ?

La plupart du temps, il est extrait de façon artificielle à partir de l’amidon du maïs, qui a une très haute teneur en fructose. Mais pour arriver à cette poudre ou à ce sirop-là, il y a tout un procédé d’extraction chimique qui nous emmène à consommer un produit qui a été totalement isolé de son aliment d’origine et qui ne peut plus entrer en interaction avec les autres composantes du maïs habituellement présentes.

La particularité du glucose-fructose ? Il sucre à merveille et c’est un excellent agent de conservation. Et surtout, il est beaucoup plus bon marché à utiliser que le sucre de canne et ce, malgré son processus de transformation.

Dans les années ’50, suite à la Deuxième Guerre Mondiale, le monde entier est entré dans une nouvelle ère : celle de l’industrialisation. Une toute nouvelle façon de produire s’est mise en place et soudainement, la production d’aliments et de biens en fut accélérée  vitesse grand V. Les États-Unis se mettent à cultiver le maïs de façon exponentielle. À un point tel qu’ils se retrouvent avec un surplus de stock. La population ayant déjà acheté tout ce qu’elle était en mesure de consommer, les producteurs se retrouvent avec un surplus qu’ils doivent écouler. Ils se mettent alors à faire des produits transformés à partir du maïs et c’est à ce moment que se développe le gluose-fructose.

Passe-partout, on se met à l’intégrer partout vu qu’on en possède des tonnes. Et comme il est vraiment meilleur marché que le sucre de canne, la transition n’est pas trop longue à faire.

Le problème avec ce sucre ? Le corps ne le reconnait pas puisqu’il provient d’un mécanisme hautement transformé. Il ne peut saturer de ce produit comme il le fait avec le sucre de canne ou d’autres types de sucres. Te rappelle-tu tes premières « brosses » de bonbons dans les fêtes d’anniversaires des amis quand on était petits ? Être malade d’en avoir trop mangé t’es peut-être déjà arrivé ? Ça n’arrivera jamais avec le glucose-fructose. On peut en manger comme on veut, le corps n’en saturera jamais.

Mais alors, qu’est-ce que le corps fait avec ces surplus de sucre ? Il les stocke en graisses. Et on se retrouve ici, au banc des accusés, avec un des plus grands malfaiteurs, créateur d’obésité (morbide dans certains cas), de maladies cardiaques, de diabète de type 2 même chez les enfants et les jeunes. Gros méchant.

Savais-tu que le diabète de type 2 est une forme de diabète qui se développe avec le temps et qui s’installe généralement à un âge très respectable ? Comment de fait-il que des enfants développent ce type diabète ? Demande à glucose-fructose.

Comment faire pour l’éviter ? Lis les étiquettes / les ingrédients du manger que tu mets dans ta bouche bon sang !! Tu vas devenir un superhéros en te sauvant, toi et ta famille d’un sucre néfaste que le corps ne reconnait pas et qui est indéniablement mauvais pour la santé.

Des alternatives ? Le meilleur sucre, quoi qu’on en pense, reste le sucre de canne non-raffiné et le miel (que je garde plutôt dans la pharmacie en cas d’infections de la gorge, de rhume et autres petits désagréments respiratoires. Le miel contient du propolis, un antibiotique naturel très efficace.). Les fruits séchés réhydratés sont également une belle alternative pour sucrer recettes, smoothies et compagnie. La purée de dattes fait des merveilles et goûte divinement bon. Les figues sont aussi très pratiques mais comme elles ont un goût très prononcé, elles colorent vite un plat de leur saveur.

Sois vigilant, choisis et travaille à partir d’aliments bruts (non transformés par l’industrie agroalimentaire) afin de pouvoir choisir les ingrédients que tu mets dans les plats que tu transformes toi-même, c’est pas mal plus gagnant. Et si tu n’as pas le temps ou que tu as besoin d’un petit truc pour dépanner, LIS LIS LIS les ingrédients vas-y avec ce qui ne contient pas de glucose-fructose.

Tu seras surpris de voir comment il y en a partout. Ne te décourage pas en te disant qu’on peut pu rien manger calvaire, y’a toujours des alternatives et il y en a de plus en plus.

Advertisements

Auteur : Sylvia Beaudry

Amoureuse de manger 100% végétal, transmetteuse d'idées et allumeuse de consciences.

4 thoughts

    1. Faut voir, ça peu dépendre de la marque (faut lire les ingrédients). Le sirop d’agave oui, mais ça vient de loin (Mexique entre autres) dont écologiquement peu profitable. Au Québec, on a aussi le sirop d’érable qui est super, mais ça reste bourré de saccharose et c’est un sucre assez mort merci (l’eau d’érable est bouillie à des températures infernales pendant plusieurs heures).

      1. Je ne suis pas écolo au point de me passer de sirop d’agave 🙂 Dommage pour le sirop d’érable, j’adore ça. Cela dit, on peut consommer de tout avec modération, c’est ce qu’on dit, non ?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s