Briser les préjugés du végéta*isme.

vegetarien-600x330

Couchée dans mon lit, j’était là à penser au dernier atelier que j’ai donné en tant qu’assistante et metteuse de grain de sel pour le cours d’alimentation vivante du Chef Steven à Québec dimanche passé.

Au début du cours, on a demandé à chacun de se présenter et de dire pourquoi ils étaient venus assister à cet atelier. Pour la majorité, on a eu droit à ce genre de réponse : « J’aimerais faire des changements dans mon alimentation et je ne sais pas par où commencer » ou « J’aurais besoin d’idées, de recettes pour m’aider à intégrer ce type d’alimentation dans mes habitudes ».

Et alors on a parlé de jus verts, de smoothies, de laits de noix, de germinations, de mets et desserts entièrement crus, etc. C’était chouette, tout le monde est reparti avec pleins d’outils pour essayer des trucs à la maison mais je me suis dit : « Bon sang, on est carrément à côté de la track, c’est pas ça que les gens sont vraiment venus chercher dans cet atelier.. »

C’est bien d’avoir un atelier où on vous montre comment combiner des ingrédients pour faire un bon smoothie, mais si on manque un peu de motivation pour intégrer cette habitude dans notre routine, l’info est un peu perdue non ?

Alors je me suis dit qu’il fallait faire des ateliers qui combineraient un côté pratico-pratique pour se fixer des objectifs, ne serait-ce que d’intégrer un seul des éléments présentés dans l’atelier : se faire des jus frais, commencer la journée avec un smoothie, faire ses propres germinations à la maison, etc. Comme ça, les gens intéressés par les ateliers repartiraient aussi avec des objectifs motivants, une drive supplémentaire pour finir de les convaincre que c’est tout à leur avantage d’intégrer cette habitude dans leur vie. Comme de se faire un café, ça devient tout simplement naturel.

Je travaille chez VertLime Traiteur à Québec. C’est un service de prêt-à-manger pour emporter végéta*ien. Je mets un astérisque parce qu’on fait du végétaRien comme du végétaLien. Les gens qui entrent dans la boutique ont tous un régime alimentaire différent : ils sont carnivores, végétariens, végétaliens, végans, essaient de prendre des pauses de viande de temps en temps, ne mangent pas de viande rouge, intolérants au lactose, au gluten, etc.

Et je me disais, de tous ces gens qui viennent à la boutique autant que ceux qui viennent dans des ateliers sur l’alimentation vivante (crue), peut-on les aider à voir le végéta*isme sous un meilleur jour ?

T’as pas besoin d’avoir des beads dans les cheveux, de faire brûler de l’encens ou d’avoir une sacoche en terre cuite pour manger des légumes et diminuer ton apport en produits animaux. Comme si y’avait quelque chose de pas viril dans le fait de manger du tofu…

Les végétaux, c’est pas juste pour les geeks d’une certaine strate de la société illuminée qui un jour ont fait la gaffe de prendre un shooter d’herbe de blé !! C’est quelque chose qui est accessible à tout le monde, tout le monde peut le faire, suffit de se renseigner un tout p’tit peu !

Tous ces gens qui pensent que se « priver » de viande et de fromage et de crème glacée est une torture et une souffrance innommable n’ont juste pas pris le temps de s’arrêter pour comprendre tout ce qui entoure la question du végéta*isme. Ils se sont dit : « Mon Dieu, je ne pourrai plus manger ça, ci et pis de ça mais c’est épouvantable » alors qu’ils devraient tourner cette affirmation négative en positif en se disant : « Wow, je n’avais même pas pensé qu’il y avait aussi TOUT ÇA que je pouvais manger !! »

Tout est une question de point de vue quand on y pense.

Non ce n’est pas une religion. Je triche des fois. Personne n’est à la même place dans son cheminement personnel. Si toi t’es rendu à manger totalement cru, que ça te fait bien feeler, fine, épanouis-toi dans tout ce que l’alimentation vivante t’offre. Si déjà, intégrer le brocoli est un effort surhumain, on est à un autre niveau de l’échelle.

Tout le monde a une histoire, on naît tous avec une culture de la nourriture différente et parfois les habitudes que nos parents nous ont transmises depuis la tendre enfance ne sont pas les meilleures pour notre santé. C’est correct, ils ont fait ce qu’ils croyaient être le meilleur pour nous. Mais parfois il faut désapprendre pour mieux réapprendre.

Plusieurs études le prouvent : manger plus de végétaux réduit les chances de développer un cancer, un diabète, des maladies cardiovasculaires, allonge l’espérance de vie. Manger moins de produits animaux donne plus d’énergie car on en passe moins à digérer ce qu’on a dans le ventre.

De plus, l’élevage animal est l’industrie qui pollue le plus après les usines et les transports de tout acabit. Tu penses que tu sauves la planète parce que tu fais pas couler l’eau pendant que tu te brosses les dents ou que t’eteins la lumière dans les pièces que tu n’utilises pas ? Essaie les légumes en plus, tu vas capoter comment tu va te sentir comme un héros…

Si la majorité d’entre nous devaient tuer les animaux qu’ils consomment afin de pouvoir les manger, tout le monde deviendrait végéta*ien. C’est facile de ne pas penser à ces animaux une fois qu’ils sont en morceaux dans notre assiette. Quelle genre de vie a eu la bouffe que tu manges ? Du bon manger dans l’écuelle ? De la litière propre ? De l’air frais ? De l’espace pour vivre ? Si tu ne peux pas répondre avec certitude à toutes ces questions, t’as la réponse à ta question.

Pour t’aider à briser tes préjugés contre les végétaux, je te propose :

  • Va manger dans un bon resto végéta*ien. Si t’en connais pas, tu connais sûrement des amis qui peuvent te conseiller.
  • Fais plus de place dans ton assiette pour des légumes que pour ta portion de viande.
  • Fais des recherches sur Internet quand t’as pas d’idées. Parfois quelques mots-clés suffisent pour trouver des recettes géniales.
  • Essaie de faire une journée par semaine sans viande. Ou même un repas si c’est trop dur une journée complète. Un petit peu est mieux que rien du tout.
  • Regarde des documentaires comme Food Inc.Food Matters ou Hungry for Change pour voir l’envers de l’industrie agroalimentaire et fais-toi une tête là-dessus.
  • As-tu déjà visité le site de la PETA ? Bonne chance, tu y découvriras tout ce dont l’hommerie est capable.

Bon désapprentissage. xx

Advertisements

Auteur : Sylvia Beaudry

Amoureuse de manger 100% végétal, transmetteuse d'idées et allumeuse de consciences.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s